Le cabinet est fermé à la réception jusqu’à nouvel ordre

Chers Clients, Chers futurs potentiels clients,

Après cette période si particulière, inédite et instructive que fut le confinement sanitaire et le déconfinement progressif,

Je vous informe que le cabinet d’avocat est fermé à la réception de la clientèle jusqu’à nouvel ordre.

L’objectif est pour moi de mettre à jour les dossiers en cours, d’assurer les audiences (virtuelles et présentielles) prévues et de clôturer ce qu’il y a lieu de l’être.

L’ordre et la discipline sont les fils rouges de mon organisation. Il est temps, après ces quelques mois d’approximations et de désorganisation virales, de remettre de l’ordre dans les affaires qui m’ont été confiées par les clients.

Mon secrétariat est joignable pour prendre vos messages. Vos demandes seront traitées dans les meilleurs délais, vu les circonstances et vu l’objectif premier en cours de réalisation.

Lorsque l’ordre et la discipline seront rétablis,

Je prévois de rédiger des articles sur les sujets d’actualité suivants :

  • Dans quelles circonstances peut-on demander la délocalisation judiciaire d’une affaire ?
  • Comment le droit en vigueur traite la mauvaise foi et l’intention de nuire d’une partie au cours de l’exécution d’un contrat ?
  • Quelles sont les sanctions pénales prévues par la loi en cas d’empoisonnement (article 221-5 du Code pénal) ?
  • Qu’implique concrètement le devoir d’indépendance intellectuelle de l’Avocat ?
  • Ebauche d’un vademecum sur le thème suivant : “comment apaiser les conflits entre les époux impliqués dans une démarche de divorce par consentement mutuel”

Après vous avoir écrit ces quelques mots informatifs,

Je viens d’ouvrir au hasard le petit livre “Carpe Diem” d’Helen Hexley. Je partage avec vous ma trouvaille matinale :

“…si vous souhaitez sincèrement et passionnément faire quelque chose (sans réserve et avec toute la sincérité de votre être), ce sera en le faisant que vous serez le plus utile, que vous donnerez le plus, que vous aurez une valeur personnelle incomparable”. Anne Morrow Lindbergh.

Très sérieusement,

Laurence Hibade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *