La Question enfantine “Je me demande si mon père est bien mon père?”


Note pour le lecteur : cette histoire est une fiction. Les dossiers des clients du cabinet sont couverts par la confidentialité.

CE QUI SUIT EST UNE FICTION.

Un client se présente au cabinet après avoir pris rendez-vous en appelant le secrétariat au 0590207451 (puisque le cabinet reçoit exclusivement sur rendez-vous). Il a un air enfantin, tout en ayant une mine sérieuse.

Après avoir payé le prix de la consultation juridique par carte bancaire, il expose ce qui le préoccupe en ce moment.

Le client : “Je me demande qui est mon père. Plus précisément, je me demande si mon père est bien mon père”.

L’avocate : “Tu te demandes si ton père est ton père biologique, c’est ça?”.

Le client : “Oui, c’est ça”.

L’avocate : “Sur ton acte de naissance, les nom et prénom de ton père sont-ils mentionnés?”

Le client : “Oui”.

L’avocate : “Tu as quel âge?”.

Le client : “Je n’ai pas envie de dire mon âge”.

L’avocate : “Je te demande ton âge parce que les règles de droit qui peuvent t’aider à résoudre ton problème sont différentes selon que tu es mineur ou majeur”.

Le client : “AH OK ! J’ai 26 ans”.

L’avocate : “Tu es majeur. En droit français, tu as la possibilité, jusqu’à tes 28 ans dernier délai, d’engager une action en recherche de paternité devant le Tribunal de grande instance pour qu’une expertise biologique soit ordonnée entre ton père et toi. Des laboratoires d’analyses médicales du lieu de vos domiciles respectifs seront choisis par l’expert judiciaire pour prélever vos éléments biologiques, après vérification de vos pièces d’identité à jour. Puis les éléments biologiques seront envoyés à l’expert judiciaire désigné par le Tribunal afin qu’il compare vos patrimoines génétiques pour y déceler les ressemblances et dissemblances. L’expert conclura enfin dans un rapport d’expertise biologique soit que ton père a 99.99997% de chance d’être ton père, soit qu’il n’est pas ton père”.

Le client : OK. En fait, ce qui me contrarie c’est que lorsque je lui pose la question “Es-tu mon père?”, il ne répond pas et fuit la discussion en me disant sur un ton résigné “Tu vas encore me demander de l’argent”. Du coup, je doute. Son comportement et sa réponse me font penser qu’il pourrait ne pas être mon père biologique”.

L’avocat : “Pourquoi tu ne lui dis pas que son comportement et sa réponse te font douter du lien biologique entre vous et que tu en viens à te demander s’il est VRAIMENT ton père ?”

Le client : “Il fuit , je ne peux jamais commencer cette discussion avec lui”.

L’avocate : “Tu as la possibilité de l’inviter à en dialoguer dans le cadre d’une médiation familiale”.

Le client : “Oui, j’ai lu votre article d’hier au sujet de la médiation. Je vais y réfléchir. Je pourrais aussi lui écrire une lettre pour lui dire ce que je ressens et lui reposer la question ; j’ai lu votre article sur le droit d’exprimer ce que l’on pense et ce que l’on ressent. Mais il n’aime pas lire, il me le dit tout le temps.

L’avocate : “Il aime regarder des films?”.

Le client : “Oui beaucoup”.

L’avocate : “Tu pourrais lui proposer de regarder avec toi, un week-end , la saga “Les Gardiens de la Galaxie” (Peter Quill alias Star-Lord a des doutes sur l’identité de son vrai père) ou “Star Wars” (Dark Vador avec sa réplique légendaire “Je suis ton père”, et la réaction de Luke affligé). Ce sont des films qui parlent du lien père/fils, père/fille. Tu pourrais faire des pop-corn (la recette est simple, tu peux la trouver sur le site Marmiton), et lui demander s’il préfère ses pop-corn salés, sucrés ou neutres. Puis pendant le film, tu pourrais lui faire part du fait que comme Star-Lord et Luke au sujet de leur père, tu te demandes parfois s’il est vraiment ton père, et que son comportement, sa réponse lorsque tu lui poses la question te font douter de votre lien biologique.

Le client : “Et s’il ne répond toujours pas à cette question qui me ronge de l’intérieur et me cause des insomnies ?”

L’avocate : “Tu pourrais, si tu le souhaites, lui dire qu’en l’absence de réponse claire de sa part, tu envisages de demander au tribunal de faire une expertise biologique et que tu as reçu une consultation juridique dans un cabinet d’avocat à ce sujet”.

Le client : “D’accord. Quel est votre tarif d’honoraires si je veux engager une action en recherche de paternité après avoir vu les films avec mon père et est-ce possible de payer en plusieurs fois?”.

L’avocate : “Oui c’est possible de payer en plusieurs fois. Je calcule le tarif d’honoraires pour te proposer une convention d’honoraires”.

Le client : “Merci”.

FIN

Pour les grandes et les grands :
https://www.youtube.com/watch?v=UR1GZrzizXM (Renan Luce – La lettre)

Les documents qui ont aidé à la rédaction du présent article

  • L’article 321 du Code civil consultable sur Legifrance librement ici
  • La bande annonce des Gardiens de la Galaxie 2 consultable librement ici
  • La scène de la réplique “Luke , Je suis ton père” dans Star Wars consultable librement ici
  • Une recette de pop corn sur le site Marmiton consultable librement ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *