La Question enfantine « Au collège, on met en scène un procès fictif. Je serai l’un des avocats. Quel est mon rôle ? »

L’avocat est celui qui « parle pour » son client. Il porte la parole de son client à la Justice. Il est le défenseur de la cause et des intérêts de son client.

Le rôle de l’avocat est de proposer une autre façon de percevoir une situation factuelle, en utilisant des notions et subtilités juridiques, dans l’intérêt de son client.

Dans un vrai procès, l’avocat présente une argumentation juridique pour défendre les intérêts du client, il explique en quoi sa demande est justifiée juridiquement. Il utilise notamment les textes de loi applicables à la situation factuelle vécue par le client, et la jurisprudence, c’est-à-dire des décisions de justice rendues sur la même problématique.

Aujourd’hui, la conduite du procès donne une place de plus en plus importante à l’écrit. En effet, les procédures se dématérialisent, ce qui entraîne un échange des arguments, par voie informatisée, par des conclusions écrites ou des mémoires. Les conclusions expliquent l’articulation du raisonnement juridique développé par l’avocat.

La plaidoirie s’ajoute aux conclusions écrites et vient à la fin de la procédure. Dans la plaidoirie, qui est orale, pour soutenir la cause du client, l’avocat peut également utiliser des arguments autres que juridiques, d’ordre moral, politique, économique, culturel, sociétal, philosophique,  psychologique, etc… Il y a environ 67 000 avocats qui exercent leur métier en France, soit au moins 67 000 manières différentes de plaider une même affaire.

En raison de la nature de l’affaire par exemple, il arrive que la plaidoirie n’ait pas lieu. Dans ce cas, les dossiers de plaidoirie sont remis à la juridiction.

Dans un procès fictif organisé dans son collège, l’élève qui a le rôle d’un avocat aura pour mission de plaider et de défendre, soutenir, argumenter la thèse de son client. Sa plaidoirie sera unique, parce qu’elle dépend aussi notamment de la personnalité du défenseur, de sa façon toute personnelle d’expliquer, de son langage non verbal (sa gestuelle, qui lui est propre), de la vision qu’il a de l’affaire du client.

Image par OpenClipart-Vectors de Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *